Accueil
Histoire des Burgondes
L'Or des Burgondes
Hypothèses sur le trésor des Burgondes
Le Trésor de l'abbé Saunière
Hypothèses sur le trésor de Saunière
Trésors de A à Z
Livres
Commentaires des Lecteurs
Evènements
Contact
Liens
livre d'or
forum
Le trésor des rois wisigoths

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2. Le trésor des rois wisigoths.

 

 

 

                         

 

 

 

L’histoire nous apprend qu’en 70, l’empereur Titus s’empara du trésor de Salomon après la prise de Jérusalem. Il y avait tant d’or que la valeur de ce métal à Rome fut dépréciée pendant des années. 340 ans plus tard, Alaric, en pillant Rome, mit la main sur ce pactole. En 418, ce fabuleux trésor est transporté à Toulouse, capitale des Wisigoths, avant d’être déplacé à Carcassonne (certaines sources parlent d’un puits caché dans la ville). Mais il est plus vraisemblable de croire que le trésor scindé en plusieurs parts pour des raisons de sécurité ait été déposé dans la montagne d’Alaric, dans les environs de Rennes-le-Château et en Espagne.

 

 

                      
                                                             
Titus

 

 

Le trésor des Wisigoths résidant en Septimanie était constitué par les recettes royales (monnaies) et le fruit des nombreux pillages, dont le sac de Rome (410) et celui des villes grecques (395).

 

 

          

Histoire des Wisigoths.

 

 

 

               
            Migration des Goths qui prirent le nom de Wisigoths en Italie.

 

                        

 

 

Les Wisigoths- Goths de l’Ouest- étaient, en fait, les Goths qui furent assimilés aux peuples germaniques. Le premier auteur qui mentionna le nom de Goths fut Pythéas après son expédition dans le grand Nord-Est en -327. Ils apparurent véritablement dans l’Histoire quand ils envahirent et dévastèrent la Dacie après avoir migré des bords de la Mer Noire. En 376, ils se déplacèrent vers l’Ouest et occupèrent diverses parties de l’Empire romain d’Occident. Dès lors, ils furent appelés Wisigoths pour les différencier des Ostrogoths- Goths de l’Est- restés en Dacie. Après les guerres d’Alaric, le roi wisigoth Ataulf obtint en 418 l’autorisation du sénat d’installer son peuple en Aquitaine. Alliés des Romains, ils aidèrent ces derniers à lutter contre les Huns en 451.

 

 

                                   

 

 

507 est l’année qui va changer le destin des Wisigoths. Leur royaume est attaqué par Clovis. Toulouse tombe aux mains des Francs, Carcassonne résiste. Ainsi Procope nous dit :

Les Francs attaquèrent Carcassonne où ils avaient ouï dire que le trésor du pillage de Rome était caché.

Le roi Alaric II perdit la vie à la bataille de Vouillé. Les Wisigoths s’en allèrent en Espagne et le fameux trésor sacré disparut. Théodoric, roi des Goths d’Italie récupéra une partie du trésor royal et l’entreposa à Ravenne, avant de le restituer à Amalric, fils d’Alaric II.

711 marque la fin de l’histoire des Wisigoths quand Tolède, leur capitale, fut prise par les Arabes. Le hasard voulut qu’à la fin du XIXème siècle, on retrouva neuf couronnes en or massif ornées de saphirs, à Guarrazar en Espagne. Vestiges du trésor qui enflamme aujourd’hui nos imaginations. Alors, continuons à chercher dans le Razès, continuons sur les pas de Bérenger Saunière, mais n’y perdons pas nos âmes.

 

 

 

                                        
                     
Les légionnaires ramènent la Ménorah à Rome(Arc de Titus)

 

 

 

 

ÉPOPÉE d’ALARIC I : Alaric naquit en 370 à Ptéros dans le delta du Danube. En 394, il entra dans l’Histoire en devenant le chef des fœderatii, les peuples fédérés ayant passé un pacte avec Rome. Aux côtés de l’empereur Théodose, il combattit l’usurpateur Eugène. Mais les fœderatii, furieux de se voir refuser le butin, acclamèrent Alaric roi. Fort de cet appui, Alaric envahit la Thrace, la Macédoine et le Péloponnèse, pillant les cités grecques durant les années 395 et 396. Afin de l’amadouer, Arcadius le nomma préfet de l’Illyrie, province stratégique de l’empire romain.

 

 

 

 

             
                        Alaric I et ses troupes s'emparent d'une ville grecque

 

 

 

 

En 400, Alaric rompit avec Rome, s’allia avec le roi ostrogoth Radagaise et marcha sur l’Italie. Après avoir dévasté le nord du pays, il fut arrêté par Stilicon.

En 408, à la mort d’Arcadius, Alaric réclame deux tonnes d’or pour cesser les hostilités. Stilicon appuya sa demande auprès du Sénat. Mais l’automne de cette même année, Alaric franchit les Alpes et assiégea Rome qui, affamée, céda à ses exigences et lui livra une tonne d’or et de grosses quantité de soie, de cuir et de poivre.

 

 

 

                                  
                           Les Wisigoths vont abattre une statue impériale

 

 

 

 

Après l’assassinat du général Stilicon par Honorius (fin 408), les Romains massacrèrent les familles des 30 000 guerriers wisigoths servant dans l’armée romaine. Ce fut le prétexte de la nouvelle déclaration de guerre d’Alaric. Honorius refusant de négocier, il assiégea Rome, mais les habitants ouvrirent les portes de la ville, le 24 août 410. Durant trois jours, les Wisigoths se livrèrent au pillage. Pour certains auteurs, cet évènement marque la fin de l’Antiquité.

 

 

 

 

         

                           Pillage de Rome par les Wisigoths en août 408

 

 

 

 

Extrait de l’histoire des Goths par Jordanès :

...Après y avoir fait un riche butin,  ils ravagent de même la province Emilia et, parcourant la voie Flaminia, entre le Picénum et la Toscane, ils dévastent tout ce qui se trouve sur leur passage d'un côté et de l'autre jusqu'à Rome. Entrés enfin dans cette ville, Marie la leur laisse piller, mais il leur défend d'y mettre le feu, comme c'est l'habitude chez les païens, ni de faire aucun mal à ceux qui s'étaient réfugiés dans les églises des saints. Les Goths, en quittant Rome, allèrent dans le Bruttium en passant par la Campanie et la Lucanie, où ils commirent les mêmes ravages. Après y être restés longtemps, ils résolurent de passer en Sicile, et de là en Afrique. Le pays des Bruttiens, situé à l'extrémité de l'Italie du côté du midi, forme un angle, où commence le mont Apennin. Il est comme une langue qui s'avance pour séparer la mer Tyrrhénienne de la mer Adriatique, et tire son nom de Bruttia, qu'il eut jadis pour reine. Le roi des Visigoths étant donc venu dans ce pays avec toutes les richesses de l'Italie, dont il avait fait sa proie, s'apprêtait, comme il a été dit, à traverser la Sicile pour aller s'établir paisiblement en Afrique ; mais, quelques projets que fasse l'homme, ils ne se réalisent point sans la volonté de Dieu : dans cet orageux détroit, plusieurs de ses vaisseaux furent submergés, d'autres, en très grand nombre, furent dispersés ; et tandis que, repoussé par ce revers, Alaric délibérait en lui-même sur ce qu'il ferait, la mort le surprit tout à coup, et l'ôta de ce monde. Les Goths, pleurant leur chef bien-aimé, détournèrent de son lit le fleuve Barentinus, auprès de Consentia ; car ce fleuve coule du pied d'une montagne, et baigne cette ville de ses flots bienfaisants.

 Au milieu de son lit, ils firent creuser par une troupe de captifs une place pour l'ensevelir, et au fond de cette fosse, ils enterrèrent Alaric, avec un grand nombre d'objets précieux. Puis ils ramenèrent les eaux dans leur premier lit ; et afin que la place où était son corps ne pût jamais être connue de personne, ils massacrèrent tous les fossoyeurs.

 

 

 

 

                                              


 

      Le chandelier sacré des Juifs (Ménorah) ne fut pas emporté par

          Alaric I, mais par le roi des Vandales, Genséric, en 455.

 

 

 

                                      Retour vers Hypothèses

 

© 2013